Bellegarde-La Cluse (1882-1990)

Le 27 mai 1990, la ligne Bellegarde-La Cluse était reportée sur route. Une nouvelle page de l'histoire des chemins de fer en France était -momentanément- tournée.

C'est le 1er avril 1882 que la « Compagnie des Dombes et des Chemins de fer du Sud-est » inaugure la ligne longue de 28 kilomètres.

Avec ses rampes de 23 mm/m , la voie unique n'aura finalement été (jusqu'en 1990) qu'une petite ligne secondaire, bien loin des ambitions qu'on attendait d'elle à l'origine.
Mais elle va prendre sa revanche, du moins en ce qui concerne les grandes relations par TGV qui sont appelés à ré-emprunter la plate-forme de la ligne (voir plus bas).

Le début du parcours s'effectuait par un rebroussement, à Bellegarde. La voie unique s'élevait en rampe et passait devant l'ancienne gare de Bellegarde de la Compagnie des Dombes et du Sud-Est (Bellegarde-sur-Valserine) . Deux tunnels étaient ensuite franchis: [« de Musinens » (573 m) ,« de Châtillon » (257 m) ] et c'était l'arrivée à Châtillon-de-Michaille.

Faisaient suite deux autres tunnels [« de la Crotte » (136 m) , « de Trébillet » (86 m) ] , un viaduc en courbe, et c'était l'arrivée à St-Germain-de-Joux suivi 5 km plus loin de Charix-Lalleyriat. La voie, dans un très joli cadre, longeait sur la droite le lac de Sylans, franchissait le tunnel du même nom et atteignait Les Neyrolles.

Trois kilomètres plus loin, le train entrait en gare de Nantua, chef lieu d'arrondissement de l'Ain . Les 4 derniers kilomètres s'effectuaient en bordure du lac de Nantua, ponctués d'un tunnel de 280 m et c'était l'arrivée à La Cluse, gare de correspondance vers les directions de Bourg-en-Bresse et Oyonnax.

Jusqu'à la date fatidique du 27 mai 1990, la ligne était exploitée sous le régime du cantonnement téléphonique. Après la dépose de la seconde voie en gare de St-Germain-de-Joux, le seul croisement possible en ligne était en gare de Nantua.

Le matériel roulant était constitué à la fin d'autorails X 2100 ou 2800. Signalons les quelques incursions du X 2257 de Lyon-Vaise qui aura été le seul engin de cette série à avoir circulé entre Bellegarde et La Cluse.

La fermeture de la ligne entraînera la mutation de l'X 2257 et de six X 2100 de Lyon-Vaise à Limoges puis Toulouse. Quant au pont-tournant et aux voies de la rotonde de Bellegarde où étaient garés jusqu'alors les autorails, ils seront déposés quelques mois plus tard.
Puis la gare de La Cluse sera abandonnée. Afin d'éviter le "nouveau cul-de-sac" dû à la fermeture de la ligne de Bellegarde, un nouveau tronçon sera réalisé permettant aux trains en provenance de Bourg-en-Bresse et de Saint-Claude de ne plus rebrousser.
Une nouvelle halte sera créée à cette occasion: Brion-Montréal-La Cluse.

En avril 2003 la rotonde de Bellegarde a été rasée. Prélude à la reconstruction de la ligne annoncée en 1998 par le Ministre des Transports J.C.Gayssot. Les prochaines années vont voir circuler des TGV dans la vallée après électrification, renouvellement intégral de la voie et réfection, voire démolition des tunnels. On gagnera alors une demi-heure sur la liaison Mâcon-Genève.

Après avoir été fermée à tout trafic ferroviaire en 1990, la ligne Bellegarde-La Cluse va donc renaître. Des trains régionaux aux TGV, étonnant destin que celui de cette ligne...

 

CLIQUEZ SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR

Retour à la page d'accueil du site